BERROCAL MIGUEL GUILLÉN DE TOUS / ALMOGÁVAR X (Opus 259), 1981-83


BERROCAL MIGUEL. GUILLÉN DE TOUS/ ALMOGÁVAR X (Opus 259), 1981-83

 

 

 

Afbeelding met binnen, muur, tafel, zitten Automatisch gegenereerde beschrijving

Sale on Sunday january 26th
Estimation 50.000 – 60.000 €
Provenance 14.11.2002
Piretti Art Gallery, Knokke – Le Zoute, Belgium
(acquired directly from the artist)
Date/Year to present
Private collection, Belgium
(acquired from Piretti Art Gallery, Knokke – Le Zoute – Belgium)

MIGUEL BERROCAL

1933 Villanueva de Algaidas (Málaga), Spain – 2006 Antequera (Málaga)

 

GUILLÉN DE TOUS/ ALMOGÁVAR X (Opus 259)

1981-83 Negrar (Verona), Italy.

Dimensions: 65 Height x 91 Width x 42 Depth cm.

Net weight: circa 207 kg.

Interlocking. 14 elements.

Original sculpture in bronze obtained by lost-wax casting, with patina, signed and numbered: Berrocal, 3/6.

Provenance: Private collection, Belgium.

 

Maison Jules would like to thank the Berrocal Foundation their assistance with the cataloguing of this lot.

 

BASE (not included in the lot)

The sculpture may be installed on top of a base in steel with polyester powder coating in black colour with matt finish, designed by Miguel Berrocal specifically for displaying or exhibiting the sculptures from the ALMOGÁVARES series.

Base measurements:

Dimensions 120 Height x 100 Width x 100 Depth cm. Net weight circa 100 kg.

The sculptures in bronze and the base may be displayed indoors and also under extreme outdoor conditions.

For more information concerning the base contact Fundación Escultor Berrocal at www.berrocal.net

Miguel Berrocal standing to the left of GUILLEN DE TOUS/ ALMOGÁVAR X
(Opus 259), original sculpture in bronze number 6/6 on base in steel, in
the garden in front of the main entrance on the rear side of the Villa
Rizzardi, in Negrar (Verona), Italy, 1983-1990. Photo: Piero Oliosi.

 

 

INSTRUCTIONS FOR ASSEMBLY

The Instructions for assembly leaflet (dépliant) that accompanies the limited edition sculpture DESPERTA FERRO 10 (Opus 249) created by Miguel Berrocal may be consulted for the disassembly or assembly of the sculpture GUILLEN DE TOUS/ ALMOGÁVAR X (Opus 159), a copy will be provided together with the lot.

THEME

Subject: Male torso.

Sculpture classified by the artist as a male bust torso figure under the theme Torsos.

REFERENCE

Almogavars (From Wikipedia, the free enciclopedia – https://en.wikipedia.org/wiki/Almogavars)

Almogavars (Spanish: almogávares, Aragonese: almugávares, Catalan: almogàvers and Portuguese: almogávares) is the name of a class of soldier from many Christian Iberian kingdoms in the later phases of the Reconquista, during the 13th and 14th centuries.

 

RELATED WORKS

  • DESPERTA FERRO 10 (Opus 249), 1979-82. Limited edition sculpture.

 

  • GUILLEN DE TOUS/ ALMOGÁVAR X (Opus 259) is part of the series of ten original sculptures named by the artist ALMOGÁVARES (from Opus 250 to Opus 259), created in 1981-83 and comprising the works:
  • ROGER DE FLOR/ ALMOGÁVAR I (Opus 250).
  • RAMON MUNTANER/ ALMOGÁVAR II (Opus 251).
  • BERNARDO DE ROCAFORT/ ALMOGÁVAR III (Opus 252).
  • SANCHO DE OROS/ ALMOGÁVAR IV (Opus 253).
  • ROGER DE LAURIA/ ALMOGÁVAR V (Opus 254).
  • BERENGUER DE ENTENZA/ ALMOGÁVAR VI (Opus 255).
  • CORBARAN DE ALET/ ALMOGÁVAR VII (Opus 256).
  • XIMENES DE ARENOS/ ALMOGÁVAR VIII (Opus 257).
  • BERENGUER DE RONDOR/ ALMOGÁVAR IX (Opus 258).

SELECTED LITERATURE

ANTOLOGICA BERROCAL (1955-1984).

Julián Gállego, Franco Passoni, Miguel Berrocal. Ministerio de Cultura, Dirección General de Bellas Artes y Archivos, Ediciones «El Viso», Madrid, 1984. ISBN 84-85938-18-6. Pages: 496 pages. Languages: Spanish (spa).

Pages 118-119 (page 119 black and white illustration number 87 II Guillén de Tous/ Almogávar X), 216-217 (colour illustration of original sculpture in wood on anvil in cast iron, the printed header is incorrect due to a production error and may have been ammended with an erratum adhesive label, the correct header shoud read: 87 II – GUILLEN DE TOUS, ALMOGAVAR X. Opus 259 – 1981-83/ Negrar), 218 (black and white and colour illustrations including a black and white illustration of the 14 elements of the disassembled sculpture each identified by a progressive number: 87 II – GUILLEN DE TOUS, ALMOGAVAR X. Opus 259 – 1981-83/ Negrar), 219 (colour illustration of Miguel Berrocal in his workshop at Villa Rizzardi, Negrar (Verona), Italy in 1981-83 working on the wooden model of DESPERTA FERRO 10 (Opus 249) the maquette or scale model of the larger sculpture GUILLÉN DE TOUS/ ALMOGÁVAR X (Opus 259), 426-427 (Catálogo General Cronológico, opus, 259, Guillén de Tous/ Almogávar X, 1981/83, Negrar), 466 (Catálogo General Cronológico, Op. 259 GUILLEN DE TOUS/ ALMOGAVAR X 1981-83 Negrar. 65x91x42 cm. Desmontable. 14 elementos. 1 ejemplar en madera sobre yunque en acero colado. (I/I). 6 ejemplares en bronce patinado/ cera perdida (1/6 a 6/6). L. Pág. 261 a 218.

Retrospective exhibition catalogue, Chronological General Catalogue (sculptures 1955-1984), Monograph.

BERROCAL

Galerie Isy Brachot, Bruxelles, 1984.

Personal exhibition catalogue.

RETROSPECTIVE BERROCAL (1955-1985)

Au Botanique, Centre Culturel de la Communauté Française Wallonie- Bruxelles, Bruxelles Septembre-Novembre 1985.

Singulier-Pluriel, B. Hamburski, éditeur responsable. 48 pages.

Pages 8 (black and white illustration), 10 (black and white illustration), 26-27 (black and white illustration number 87).

Retrospective exhibition catalogue.

BERROCAL

JEAN-LOUIS FERRIER. Éditions De La Différence, Paris, 1989.

ISBN 2-7291-0467-4. 392 pages. French (fre).

Pages 57-64 (critical essay: III, Fer, réveille-toi ! the Almogavares series is treated on pages from 59 to 62), 196-197 (SÉRIE DES ALMOGAVARES, colour illustration of original sculpture in wood on anvil in cast iron on base in white enamelled steel, picture taken during the retrospective exhibition ANTOLOGICA BERROCAL (1955-1984) organized by the Ministry of Culture of Spain at the Palacio de Velásquez, Parque del Retiro, Madrid, Spain, October-December 1984), 217 (colour illustration of original sculpture in wood on anvil in cast iron).

Monograph.

FURTHER SELECTED LITERATURE

GUADALIMAR

Revista de Las Artes, AÑO X / N.° 81.

  1. F-B., Madrid, Noviembre 1984. 51 pages.

Page 12 (black and white illustration of original sculpture in wood on anvil in cast iron on base in white enamelled steel, picture taken during the retrospective exhibition ANTOLOGICA BERROCAL (1955-1984) organized by the Ministry of Culture of Spain at the Palacio de Velásquez, Parque del Retiro, Madrid, Spain, October-December 1984).

Magazine.

BERROCAL 28/4/1990

Gallery Guy Pieters, Knokke-Zoute, Bélgica, 1990. Page without number (illustration).

Personal exhibition catalogue.

BERROCAL, INTERKOLUMNIE, 15.9. – 31.10.1993

Kurator/ a cura di PIER LUIGI SIENA. Museion Museum für Moderne Kunst, Bozen, Museo d’Arte Moderna, Bolzano, 1993.

Page without number (colour illustration of original sculpture in bronze). Personal exhibition catalogue.

BERROCAL

Imparce Barcelona, Barcelona, 2004. ISBN 84-89632-05-7.

Pages 84-85 (colour illustration of the sculpture DESPERTA FERRO 10 (Opus 249)).

Catalogue of the exhibition at Jardí Botànic de Caixa Girona, Cap Roig, Calella de Palafrugell, June – September 2004.

Personal exhibition catalogue.

BERROCAL. GUERREROS Y TOREROS

Fundación Escultor Berrocal. Fundación Unicaja, Málaga, 2008. Personal exhibition catalogue.

Related link:

www.berrocal.net/catalogo-gyt

 

SELECTED EXHIBITIONS

PERSONAL EXHIBITIONS

OCTOBER-DECEMBER 1984

ANTOLOGICA BERROCAL (1955-1984).

Palacio de Velásquez, Parque del Retiro, Madrid.

Retrospective exhibition organized by the Ministry of Culture of Spain. Original sculpture in wood on a solid steel anvil (I/I).

The exhibition in which the sculptures from the ALMOGÁVARES series was first presented.

1985

Palau Meca, Barcelona, Spain

15.09 – 31.10.1993 BERROCAL INTERKOLUMNIE

Museion Museum für Moderne Kunst, Bozen, Bolzano, Italy.

2008.06.09 – 2008.07.27 BERROCAL. GUERREROS Y TOREROS

Plaza de la Constitución, Málaga, Spain.

Exhibition organized by Fundación Escultor Berrocal in collaboration with Fundación Unicaja.

Original sculpture in bronze number 6/6. Link to exhibition video on vimeo.com https://vimeo.com/10118179

Link to exhibition catalogue on issuu.com

(short URL: www.berrocal.net/catalogo-gyt )

2009.02.04 – 2009.03.26 BERROCAL. GUERREROS Y TOREROS

Plaza Nueva, Sevilla, Spain.

Exhibition organized by Fundación Escultor Berrocal in collaboration with Fundación Unicaja.

Original sculpture in bronze number 6/6.

2010.05.06 – 2010.07.04 BERROCAL GUERREROS Y TOREROS

Plaza de El Corte Inglés, Jaén, Spain

Exhibition organized by Fundación Escultor Berrocal in collaboration with Fundación Unicaja an El Corte Inglés.

Original sculpture in bronze number 6/6.

11.12.2019 – 21.05.2020 BERROCAL – ALMOGÁVARES

Museo de Málaga, Málaga, Spain.

Exhibition organized by Junta de Andalucía, Fundación Bancaria “la Caixa” and Fundación Escultor Berrocal.

Museo de Málaga is inaugurating its “Invited Work” programme with Berrocal.

Original sculpture in bronze number 5/6. (No catalogue has been published on the occasion)

The complete series of ten sculptures from the ALMOGÁVARES series (from Opus 250 to Opus 259) in bronze, number 6/6 on base in steel, is currently on permanent display at the Estudio-Taller Berrocal, the last studio and workshop of the artist in his home town of Villanueva de Algaidas in the province of Málaga, Spain, today also siege of the Berrocal foundation.

CRITICAL ESSAYS

III

Fer, réveille-toi !

Parmi les thèmes récurrents dont la présence se retrouve à peu près dans chaque période de Berrocal, apparaît la figure centrale du torse avec les diverses connotations archéologiques, historiques, esthétiques qui lui sont attachées.

Mais sans doute, plus exemplaires encore sont les dix grands torses de la série des « ALMOGAVARES », réalisés entre 1981 et 1983, où l’artiste atteint à la plénitude épique de son art.

Berrocal avait acquis, dans une forge des Ardennes, tout un lot d’enclumes jetées au rebut dont la force et la beauté l’avaient saisi au premier coup d’œil. Celles-ci étaient entreposées au pied du mur extérieur de son atelier de la Villa Rizzardi, à Negrar. Il les voyait et revoyait presque chaque jour, s’arrêtait, les frôlait de la main, les soupesait du regard, sachant obscurément qu’il en ferait quelque chose le moment venu, lorsque lui revint à la mémoire la devise des Almogavares, « Desperta ferro ! » — « Fer, réveille-toi ! » Une fraction de seconde. Leur utilisation était trouvée.

La geste des Almogavares, Berrocal la connaissait depuis l’enfance : elle est familière à tous les Espagnols, un peu comme La Chanson de Roland est familière aux Français. Partis de Catalogne, ils étendirent leur influence jusqu’à Constantinople et aux confins de l’Anatolie.

En 1302 débarquaient, en effet, sur les rives du Bosphore 8 000 mercenaires catalans avec lesquels l’Empire grec venait de conclure un traité d’assistance militaire contre les Turcs Osmadis. Venus pour se battre, ils remportèrent rapidement les plus grands succès, mettant les Turcs en déroute et partant à leur poursuite jusqu’au cœur de leurs territoires. Victorieux de tous leurs ennemis, ils songèrent ensuite à s’installer à Constantinople et à former un Etat autonome, à l’instar de l’Empire latin crée après la 4ème Croisade. Mais, tant de succès avaient suscité jalousies et inquiétudes de telle sorte que leur chef Roger de Flor, fut assassiné à Andrinople avec la complicité de l’Empereur Andronic II. Dénonçant alors leur alliance, les Almogavares déclarèrent la guerre à celui qui les avait trahis. Menant la vie aventureuse d’une Nation en armes, ils s’enfermèrent dans l’île de Gallipoli, en bordure du golfe de Tarente, où ils se retranchèrent. Et afin de s’interdire toute issue « qui ne fût point celle que leur ouvriraient les armes », ils allèrent jusqu’à brûler leurs vaisseaux.

Mais après avoir subi pendant de longs mois le siège de l’armée impériale, ils sortirent vainqueurs, assoiffés de vengeance, envahissant la Thrace, la Macédoine, la Thessalie, puis la Grèce moyenne, semant la mort et la dévastation, entrainant derrière leurs étendards toute une cohue de femmes, d’enfants, de concubines, d’animaux, d’impedimenta.

Leurs chefs sont passés dans la légende. Ils s’appellent : Roger de Flor, un homme sorti de rien, aussi impériaux qu’habile, « fils du diable » totalement dépourvu de sens moral, avide de toutes les jouissances, infiniment cupide, qui accumula une fortune colossale ; Berenguer de Entenza d’illustre noblesse espagnole, pillard, rançonneur, couvert de gloire ; Ramon Muntaner, rusé diplomate et barde des Almogavares dont il écrivit la chronique et sans lequel nous ne saurions rien ou presque de l’équipée de ses compagnons ; Bernardo de Rocafort, Ximénès de Arenos, Roger de Lauria, Corbaran de Alet, d’autres encore, sans peur et sans principes, type accompli de ces aventuriers du Moyen Age qui traitaient d’égal à égal avec les souverains, fondaient des dynasties, renversaient les empires.

Comme eux, les hommes qu’ils commandaient étaient rudes ; ils pouvaient endurer des fatigues et des sacrifices que nuls autres guerriers n’étaient capables de supporter, rester deux jours sans vivres ou ne manger que des herbes et des racines. Leurs vêtements se composaient d’une tunique courte, été comme hiver, de culottes de cuir très serrées et des chaussures de montagne, de cuir également. A leur ceinture pendait une bélière à laquelle ils attachaient une pierre à feu. Leur armement consistait en un couteau de combat, une longue épée, une lance, un arc et des flèches. Ils portaient sur la tête une sorte de casque protecteur fait d’une calotte de métal maintenue par une résille en guise de coiffe. Un sac leur permettait de transporter nourritures et outils, complétant leur équipement. On comprend que Berrocal en ait gardé, au fond de lui, le souvenir.

Peut-être un autre artiste se serait-il contenté d’exposer ses enclumes telles quelles et de les baptiser Almogavares. Mais, outre le fait que ç’eût été un acte néo-néo-néo-dada, plus académique encore que le formalisme abstrait de l’immédiat après-guerre, celles-ci n’avaient pas les qualités requises pour devenir de simples ready-made. Un ready-made en effet doit être affectivement neutre, — comme un égouttoir Hérisson acheté au B.H.V. ou un urinoir de la marque Richard Mutt, nous l’avons vu. Froid, anodin, il permet de faire la nique à l’art assis sur son piédestal d’adjectifs.

Une enclume, au contraire, est « chaude », au sens où l’entend la théorie de l’information, c’est-à-dire forte émettrice de symboles et de sentiments. Elle renvoie à la forge, au feu, au métal en fusion, au forgeron qui, dans toutes les cultures, est un être ambigu doué d’un pouvoir surhumain qu’il peut exercer contre les divinités mais aussi contre les hommes. Liée au fer, elle y renvoie. Engager, croiser le fer ; avoir une main, une poigne, un bras, une volonté, une santé, un corps, un cœur, un tempérament de fer ; mettre dans les fers, être dans les fers ; passer sous un joug de fer ; subir le fer de la loi ; gouverner avec un sceptre de fer ; battre le fer ; être un vieux fer ; y croire dur comme fer… Le fer est riche en métaphores. Il est un métal chthonien, voire infernal. Et il arrive qu’il soit materia prima comme l’or, la terre ou le dragon, ce qui en dit long sur ses résonnances archétypiques et alchimiques.

Les Almogavares terrifiaient leurs ennemis en frappant le silex au moyen de leurs bélières de fer, ce qui provoquait des étincelles. Il aurait fallu que l’inconscient de Berrocal dorme d’un sommeil… de fer pour que ne s’établisse pas entre ses enclumes et les mercenaires catalans une évidente correspondance.

Les Almogavares ont été maintes et maintes fois dessinés, peints, représentés, portraiturés avec leur armement, leurs costumes, leurs visages patibulaires, leurs yeux terribles. Berrocal, au contraire, n’a pas tenté une impossible reconstruction historique. Les dessins préparatoires qu’il a réalisés plus nombreux que pour aucune autre série montrent avant tout son souci de trouver une allure — force et prestance — écartant là aussi l’empirisme d’observation d’autant plus vain que les chefs des Almogavares ne sont connus de nous que par la littérature et que celui-ci eût été, par conséquent, sans objet. Cette allure, certes, peut différer d’un torse à l’autre : elle n’est pas la même pour l’étroit « BERNARDO DE ROCAFORT » et pour le massif « BERENGUER DE ENTENZA » qui semble jouer les fiers à bras avec ses deux boulets amovibles qui lui tiennent lieu de biceps. Les « ALMOGAVARES » forment moins une galerie de portraits qu’un portrait de groupe au sens de la peinture hollandaise du XVIIème siècle, mais utilisant, bien sûr, de tout autres moyens.

On retrouve, dans la série des « ALMOGAVARES », la technique réitérée du montage et du démontage : « ROGER DE FLOR », 11 éléments démontables ; « RAMON MUNTANER », 10 éléments démontables ; « CORBARAN DE ALET », 15 éléments démontables ; « GUILLEN DE TOUS », 14 éléments démontables qui, à chaque fois, coulissent comme les pièces d’une culasse de fusil. Encore la métamorphose. De même que « MERCEDES » ou « LE BIJOU » étaient des machines célibataires, les « ALMOGAVARES » sont des armes à feu qui, par cette médiation expriment dans un langage moderne leurs fabuleux modèles. Et ce sont, une nouvelle fois, ces groupes de transformations qui font voir dans chaque ensemble, par effleurement, ce qu’il n’est pas.

A l’inverse de ce qui se passe pour les autres sculptures de Berrocal, néanmoins, ce sont ici les enclumes de poids, de formes et de grandeurs variables qui dictent l’allure de chaque torse. On sait que Brancusi attachait à ses socles qu’il élaborait longuement autant d’importance qu’à ses sculptures elles-mêmes, dès lors que ceux-ci avaient pour but d’en favoriser l’envol visuel conformément à sa conception spiritualiste de l’art. Les enclumes qui font partie intégrante de chaque torse, dans les « ALMOGAVARES », ne sont certes pas leurs socles. Mais, dans la mesure où elles constituent la base de chacune d’entre elles et souvent les traversent de part en part, visibles sur leurs flancs, elles les lestent, les alourdissent, les tirent perceptivement vers le bas ce qui, me semble-t-il, s’accorde parfaitement aussi bien avec le poids d’une armée en marche qu’avec l’absence de moralité d’aventuriers sans foi ni loi.

Dirais-je, enfin, que ma préférence va, dans cette fabuleuse série, aux prototypes dont la partie démontable est réalisée en bois. La symbolique du bois, inépuisable réservoir de vie et de mystère s’y oppose de toutes ses veines à celle du fer. Le lourd et le léger, le compact et le diffus, le durable et l’éphémère, nous retrouvons le fermé et l’ouvert mais qui fonctionne, cette fois, selon des critères différents de ceux du serrurisme berrocalien.

Excerpts from one of the introductory essays contained in the monograph: BERROCAL.

JEAN-LOUIS FERRIER. Éditions De La Différence, Paris, 1989. ISBN 2-7291-0467-4. 392 pages. French (fre).

Pages 57-64 (critical essay: III, Fer, réveille-toi ! the paragraphs concerning the Almogavares are on pages from 59 to 62).

For sale exposition

 Auctionhouse Maison Jules Ghent  Januari  26th

 Info at www.maisonjules.be / info@maisonjules.be

Miguel Berrocal in his workshop at the Villa Rizzardi in Negrar (Verona),
Italy, in 1979-1982, working on the wooden model of the sculpture DESPERTA
FERRO 10 (Opus 249), the maquette for the larger sculpture GUILLÉN DE
TOUS/ ALMOGÁVAR X (Opus 259) executed between 1981-1983.